Tumeurs de la surrénale

Blank
A qui s’adresse le traitement des tumeurs de la surrénale

La glande surrénale est située au dessus de chaque rein. Cette glande synthétise des hormones nécessaire au bon fonctionnement de l’équilibre de l’organisme et de la gestion du stress. Une tumeur de la glande surrénale peut être bénigne ou maligne. Elle peut être sécrétante (fabrication de trop d’hormones) ou non sécrétante.

 

Le diagnostic d’une tumeur surrénalienne peut être fait par hasard, au cours d’une échographie ou d’un scanner réalisé pour une autre raison. On parle alors d’incidentalome surrénalien. Sinon, la sécrétion anormale d’hormones peut donner des symptômes dans les tumeurs sécrétantes de la surrénale.

 

Le bilan d’une tumeur surrénalienne comprend des examens biologiques (prises de sang et analyses d’urines) à la recherche d’une sécrétion anormale d’hormones et des examens d’imagerie (scanner, IRM et parfois scintigraphies).

 

Les tumeurs non sécrétantes de moins de 3 cm et dont l’aspect au scanner est stable, peuvent bénéficier d’une simple surveillance. Sinon, un traitement chirurgical est indiqué.

Comment se passe le traitement des tumeurs de la surrénale

Surveillance

Pour qui ?

Tumeur de moins de 3 cm, ne sécrétant pas d’hormone et dont le scanner répond à certains critères.

 

Comment ?

Scanners répétés.

 

Traitement chirurgical

Préparation

Une hygiène quotidienne suffit la semaine qui précède l’opération. Une douche plus propre avec un savon antiseptique prescrit par le chirurgien et délivré en pharmacie est nécessaire la veille au soir de l’intervention

Une dépilation ou un rasage peut être nécessaire.

L’entrée à la clinique se fait 2h avant l’intervention.

 

Anesthésie

Anesthésie générale.

 

Opération

Il s’agit de retirer la glande surrénale, actuellement par coelioscopie. La chirurgie par coelioscopie est est dite “mini-invasive” car l’intervention est réalisée à travers de petites incisions, en utilisant une caméra et des instruments adaptés. La glande surrénale est retirée en entier. Dans de rares cas de lésions bénignes, une chirurgie partielle avec conservation d’une partie de la glande surrénale, peut être proposée. La glande surrénale est ensuite envoyée en analyse.

 

Durée de l’intervention

De 1 à 2 heures.

 

Séjour à la clinique

2 à 3 nuits.

Après traitement des tumeurs de la surrénale

Traitement médical

En cas d’évolution défavorable, un traitement chirurgical sera proposé.

 

Traitement chirurgical

La douleur est très modérée après coelioscopie. La présence de gaz dans le ventre après intervention, peut entraîner un inconfort voir une douleur dans les épaules, rapidement réversible et soulagée par les traitements habituels.

Les fils de suture se résorbent complètement en un mois et demi. Il n’est donc pas nécessaire de les enlever.

Les efforts physiques sont déconseillés pendant 1 mois.

Les bains sont déconseillés pendant 2 semaines et remplacés par des douches.

Une consultation de contrôle est prévue à 1 mois de l’intervention pour la cicatrisation, les résultats de l’analyse et le scanner. Un suivi hormonal peut être indiqué en endocrinologie.

Résultats du traitement tumeurs de la surrénale

Surveillance

La surveillance permet dans certains cas précis, d’éviter une intervention chirurgical.

 

Traitement chirurgical

Le résultat dépend essentiellement de la nature de la lésion.

L’ablation d’une seule des deux surrénale permet de vivre normalement sans traitement.

Un traitement complémentaire peut parfois être nécessaire, proposé en endocrinologie.

Aspects administratifs du traitement des tumeurs de la surrénale

Prise en charge

Prise en charge par la Sécurité sociale.

Complément possible de prise en charge par la Mutuelle.

 

Arrêt de travail

De 2 à 4 semaines en fonction du travail, pris en charge par la Sécurité sociale.

Complications du traitement des tumeurs de la surrénale

La liste des complications se veut exhaustive et donc longue, au risque d’inquiéter inutilement le lecteur alors que celles-ci sont rares.

Traitement médical

Pas de complications spécifiques. La surveillance doit être régulière pour ne pas méconnaître une évolution défavorable.

Traitement chirurgical

Hématome
Il peut être volumineux mais se résorber spontanément.

Infection ou retard de cicatrisation
Un abcès intra-abdominal est rare.
Un retard de cicatrisation de la peau est rare.

Troubles hormonaux
Un excès de sécrétion hormonal pendant l’intervention ou un défaut de sécrétion dans les suites, peut nécessiter un traitement temporaire ou définitif pour compenser ce manque.

Une question ?

12 + 10 =